Prospection géophysique 3D  

La prospection géophysique 3D s’inscrit dans la continuité des techniques de prospection 2D. Elle permet néanmoins d’obtenir une image du sous-sol en trois dimensions, donc plus précise et fournissant davantage d’informations. Les prospections 2D et 3D reposent sur des techniques globalement similaires.

La prospection géophysique 3D demande également la circulation d’un ou plusieurs camions vibreurs. Ces derniers circulent sur les routes et s’arrêtent à des intervalles réguliers afin de faire vibrer contre le sol une plaque se situant sous le châssis du véhicule. Les ondes émises par la plaque se réfléchissent dans les différentes couches du sous-sol, permettant ainsi de déterminer leurs positions. À terme, il est possible de constituer un véritable modèle en 3D du sous-sol d’une région.

Pour que les vibrations réfléchies par le sous-sol soient enregistrées en surface, il faut installer des capteurs sur le sol. Ces capteurs sont nommés géophones et sont essentiels à l’obtention d’une image en 3D. C’est en disposant des milliers le long des routes et sur des parcelles que l’on parvient à obtenir un modèle en trois dimensions. La pose de la plupart des géophones se fait sur des terrains communaux. Il se peut néanmoins que des capteurs doivent être déposés sur des parcelles appartenant à des propriétaires privés. Lorsque c’est le cas, les propriétaires sont contactés individuellement en vue de l’obtention d’un accord.

Ces appareils sont partiellement enfoncés dans le sol (trou de 4 cm de diamètre pour 10 cm de profondeur) et sont installés quelques jours avant le passage du camion vibreur puis retirés après la fin de la campagne, le tout manuellement à pied. Ils n’entraîneront ainsi aucune trace à long terme pour les surfaces concernées. Pour le bon déroulement des mesures, il est important de ne pas toucher à ces appareils.

Ce type d’opération n’implique que des nuisances minimes. Les vibrations sont perceptibles à environ 50 mètres du camion, mais sont sans danger pour les habitations ou le sous-sol. Ces vibrations s’apparentent à celles que l’on peut ressentir aux alentours d’un chantier, à la seule différence que l’opération de prospection est bien plus éphémère que la majorité des chantiers. En effet, le camion ne passe qu’une seule fois à un endroit donné et ne reste que 2 ou 3 minutes par point. Ces opérations se font souvent de nuit et entre 19 et 22 heures lorsqu’elles prennent place près de zones d’habitations. De cette manière, la circulation et les habitants ne sont que très faiblement perturbés et les mesures sont d’une meilleure qualité en raison de l’absence de bruits parasites.

Résumé du processus

01

Les autorisations nécessaires à la prospection sont récoltées auprès des communes et des propriétaires privés.

02

Environ 10 jours avant le début des mesures par les camions vibreurs, les géophones sont déposés à pied le long des routes et sur les parcelles concernées.

03

Les camions vibreurs sillonnent les routes pour générer les ondes dans le sous-sol. Les géophones enregistrent les signaux réfléchis par les couches géologiques.

04

Lorsque l’ensemble des mesures sont effectuées, les géophones sont retirés, toujours à pied.

05

EnergeÔ traite les données obtenues afin de constituer un modèle de sous-sol. Grâce à ces informations, de futurs projets géothermiques pourraient voir le jour.